500 000 morts par an en Europe et toujours rien depuis 10 ans:

la Commission européenne  passe à l’acte.

Déjà que les valeurs seuils fixées par l’Europe sont bien au-dessus des recommendation de l’OMS, elles ne sont même pas respectées par les pays. Dans son rapport début mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la pollution de l’air tue 500 000 personnes en Europe dont 48 000 en France.

Ainsi les gouvernements de  l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni expose leur population à un sur-risque de mort et n’ont toujours pas de plan pour prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement.

Faire des propositions concretes « c’est difficile »

Nicolas Hulot expliquait dans un communiqué  que « Au-delà du risque de condamnation de la France c’est avant tout la protection de la santé des Français qui nous oblige à accélérer et à renforcer l’action en faveur de la qualité de l’air. Cela est difficile car nous héritons des choix du passé en matière d’aménagement du territoire, de politique énergétique ou de transports, mais nous avons d’ores et déjà entamé une profonde transformation ». Mais c’était du temps ou il était encore aux commandes, y a til seulement encore un pilote qui se préoccupe de ses passagers ? Quand on voit la réponse donnée à cette mise en demeure de s’occuper de la santé de ses concitoyens: Paris, Madrid et Bruxelles  poursuivent la Commission Européenne pour avoir accordé un « permis de polluer » aux constructeurs automobiles après le scandale du diesel.